Faut-il pardonner ?

Pardonner ou oublier
Pardon

Les épreuves de la vie sont si nombreuses que nous en portons le fardeau toute notre existence. Le chemin est souvent semé d’embuche mais le plus dur reste la trahison. Qui d’entre nous n’a pas déjà été poignardé dans le dos par une personne considérée comme amie ? Qui n’a pas déjà ressenti le dégout de l’abandon des proches au moment où nous avions tant besoin de leur soutien ? La trahison crée de la rancœur qui peut nous empêcher d’avancer. Elle gangrène notre vie et hypothèque notre avenir. Alors faut-il pardonner ? Que peut-on pardonner, que doit-on pardonner et surtout comment peut-on pardonner ?

Pardonner ou oublier ?

Il est important de définir les termes. Entre pardonner et oublier, il y a une grande différence. Oublier revient à faire comme si une situation n’avait jamais existé.

Oublier est un acte irréfléchi, on n’y pense plus parce qu’on pense à autre chose.

Oublier n’est pas forcément pardonner puisqu’à tout moment, les souvenirs peuvent ressurgir. L’oubli est réversible. Au contraire, pardonner, c’est avoir conscience de l’offense qui nous a été faite et décider de le vivre sans en tenir rancœur.

Pourquoi pardonner ?

Pardonner une trahison n’est pas chose aisée. On dit souvent que l’oubli est humain mais que le pardon est divin, pour signifier à quel point c’est difficile et pas à la portée de tous.

Pourtant, l’effort est nécessaire. Le pardon est crucial pour purger votre cœur et votre âme. Une personne rangée par la rancœur n’arrivera jamais à trouver la paix intérieure qu’elle recherche. Le désir de vengeance prend le dessus sur tout, empêchant ainsi d’avancer.

Pardonner est avant tout un acte que l’on se fait à soi-même. Le pardon nous permet de reprendre le cours normal de notre vie, d'assurer notre avenir personnel comme notre avenir professionnel.

Comment pardonner ?

Le pardon n’est pas instantané. Il s’échelonne sur plusieurs étapes. Certains parlent de 20 étapes, d’autres 10. Pour notre part, on se focalisera sur trois, les plus importantes.

Accepter le mal

Il n’est pas question de faire comme si de rien n’était. Cela ne fait qu’accrocher une épée de Damoclès au-dessus de votre tête. Vous devez accepter qu’une situation ou un acte vous blesse.

Seule une plaie ouverte peut se refermer. N’hésitez pas à pleurer un bon coup. Les larmes soulagent. C’est seulement après que vous entamerez votre réflexion avec un esprit ouvert.

La réflexion et la discussion, la prochaine étape vers le pardon

Quel que soit l’acte blessant, un mot de travers, une trahison, il peut toujours être justifié. Vous devez adopter un esprit logique. Pensez que, vous aussi, vous auriez pu agir pareil dans d’autres circonstances.

N’hésitez pas à approcher celui qui vous a fait du tort pour lui en parler et lui demander des explications. Cette approche vous permet de connaitre les intentions de l’autre, les raisons qui ont pu le pousser à agir de telle façon. Peut-être avez-vous mal compris ses mots ou ses intentions ? Si son intention a été juste de vous faire du mal, vous saurez à quoi vous en tenir à l’avenir.

Pardonner, l’étape ultime

Aux termes de vos réflexions et discussions, vous serez à même de pardonner.

Signifiez à l’autre que vous lui accorder votre pardon, c’est important, pour lui mais surtout pour vous. Vous vous serez ainsi affranchi de la rancœur qui générait un nœud permanent dans votre ventre, vous empêchant parfois de respirer. Vous pourrez librement continuer votre chemin et continuer à être heureux.

Important : pardonner ne signifie pas toujours redevenir ami avec l’autre. N’hésitez pas à prendre votre distance si vous pensez qu’il peut récidiver. Pensez d’abord à vous.

Partagez cet article: